Horaires et jours d’ouverture

Du mardi au vendredi

De 15h00 à 19h00

Samedi 

 de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h00

Le lundi et les matinées : réservé pour interventions et livraisons à domicile

 

Lundi et dimanche : fermé

Le samedi ouverture toute la journée de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h00

 Les tortues chez Ani'Bulles à Ploneour-Lanvern

Vente de tortues aquatiques et terrestres dans le Finistère

ATTENTION ! POUR LES RÉSIDENTS FRANÇAIS :

 

Concernant toutes les espèces : T. Hermanni (tortue d'Hermann), T. Marginata (tortue bordée), S.pardalis (tortue léopard) et C.sulcata (tortue sillonée)

Ces espèces exigent que vous ayez une déclaration de détention enregistrée au préalable. Le cerfa est à remplir et à envoyer aux services vétérinaires.

Télécharger le CERFA en PDF en cliquant sur le lien suivant : CERFA 15967*01

 

Je suis à votre disposition pour vous aider à remplir le formulaire, j'ai également quelques conseils utiles à vous transmettre, toutes les informations nécessaires sont indiquées dans la fiche d'élevage sur cette page.

 

Mes Tortues d'Hermann ne sont maintenues que quelques jours par semaine dans le nouvel enclos présent au magasin

Elles sont évidemment dans de meilleurs conditions dans mes enclos en extérieur.

Pour cela il est indispensable de me prévenir la veille afin que je les amène au magasin.

Merci de respecter leur bien être et de demander à les voir avec un vrai projet d'adoption !

 

 

 

 

Actualités et disponibilité pour les tortues terrestres.

Tortues d'Hermann. Testudo Hermanni boettgeri, (5-6 cm, issues d'élevages, naissances en 2019.

 

Tortues d'Hermann. Testudo Hermanni boettgeri, 6-7 cm, issues d'élevages, naissances en mai 2019.

 

Note: Ces tortues ne sont pas issues de mon élevage personnel mais sont importées.

Les tortues issues de mon élevage personnel sont sur liste d'attente pour disponibilité Avril 2022 (naissances à venir 2021).

 

 

 

 

 

Stigmochelys pardalis (Tortues léopard)

Pas de disponibilités pour le moment

 

 

Fiche d'élevage des Tortues Européennens dites "de jardin" Testudo Hermanni,...

Tout est présent ici pour vous aider à remplir le CERFA de déclaration.......

 

ALIMENTATION et HEBERGEMENT

Aliments et boissons :

            La tortue doit être nourrie avec des aliments qui se rapprochent le plus possible de son régime alimentaire naturel. La tortue terrestre est herbivore, elle doit le demeurer en captivité. Cependant, il est illusoire d’espérer reproduire avec exactitude le régime alimentaire d’une tortue sauvage. Le but recherché est alors de couvrir l’essentiel de ses besoins nutritionnels en lui apportant une nourriture la plus variée possible. Une alimentation équilibrée repose sur la consommation d’aliments naturels (végétaux présents en pleine terre dans l’enclos) et d’aliments végétaux issus de cultures et achetés dans le commerce (bio évidemment !)

On mettra à disposition des tortues dans l’enclos de nombreuses espèces végétales cultivées en pleine terre : pissenlit, trèfle, plantain, luzerne, chénopode blanc, liseron, onagre et galinsoga (graines disponibles en jardineries).

L’eau sera disponible en permanence (avec contrôles réguliers de propreté)

Végétaux et fruits à distribuer trois ou quatre fois par semaine :

Endives, mâche, cresson, chicorée frisée, feuilles de navet, feuilles de radis, figues et raquettes de figuier de Barbarie, feuilles vertes de chou, feuilles et tiges de brocoli, feuilles de mûrier, feuilles de ronces, blettes, rutabaga, chou frisé, feuilles de betteraves, épinards, céleri en branche, figues sèches, quartiers d’oranges épluchées, feuilles de vigne.

Végétaux et fruits à distribuer avec parcimonie, une à deux fois maximum par semaine :

Salade romaine, feuilles et fleurs d’hibiscus, poireau, germe de soja, fraises, framboises, mûres, groseilles, myrtilles, tomates, pommes, poires, pêches, carottes râpées, courges, courgettes, melon et raisin.

Compléments vitaminés et minéraux :

Il est inutile d’ajouter des compléments vitaminés dans la nourriture des tortues. Dans la mesure où l’alimentation est équilibrée, ces compléments ne sont pas nécessaires. En cas de mauvais dosage, ils peuvent causer des troubles graves comme la survitaminose. Concernant les minéraux, la mise à disposition de coquilles d’œuf, d’os de seiches et de coquilles d’huitres en morceaux (disséminées au hasard dans l’enclos) permettra aux tortues de grappiller quelques fragments qui les aideront à calcifier leur carapace.

Fréquences et heures de distribution et de remplacement:

La consommation quotidienne des tortues varie en fonction des saisons et des sexes. Les mâles mangent autant que les femelles en mars, davantage d’avril à juin et d’octobre à novembre. En revanche, les femelles se nourrissent plus abondement de juillet à septembre.

Les tortues ont besoin de manger à leur faim de façon à compenser les dépenses énergétiques liées à leur activité, surtout en période d’accouplements pour les mâles et de pontes pour les femelles.

La nourriture sera donc présente en permanence, en fonction des besoins vus ci-dessus.

Autres particularités éventuelles de l’alimentation:

Particularité liée à la température ambiante :

La prise alimentaire est régulée par la température ambiante. Les tortues sont des animaux ectothermes (par opposition aux mammifères qualifiés d’homéothermes ; à température corporelle constante), c'est-à-dire que leur température interne dépend des sources extérieures de chaleur.

S’il fait trop chaud ou trop froid, les tortues se mettent à l’abri et cessent toute activité (elles cessent en particulier de s’alimenter, chose qui arrive très souvent dans leur milieu naturel en fonction des aléas climatiques. Chose qui arrivera forcément et naturellement dans l’enclos).

L’optimum thermique de la Tortue d’Hermann est situé entre 25 et 30°C. A cette température, la tortue assure une activité soutenue : recherche de nourriture, reproduction et pontes.

Précaution :

Avant toute distribution de nourriture, les aliments doivent être soigneusement lavés (attention aux pesticides et herbicides), l’utilisation de produits dit « bio » limitera considérablement ce risque.

Les aliments seront placés à l’ombre à la base d’un arbuste par exemple afin de rester frais toute la journée (les restes seront impérativement retirés et jetés le soir même).

Chose très particulière : Les aliments seront disposés à même le sol. Ainsi, en mangeant les végétaux distribués les tortues ingèrent également un peu de terre et quelque petits cailloux. Ce qui représente un apport en sels minéraux et calcites non négligeable.

Enfin, les aliments ne seront pas toujours disposés au même endroit afin que les animaux gardent un instinct naturel de recherche de nourriture.

L’hébergement d’une tortue juvénile de moins de deux ans sera d’abord exclusivement en terrarium (terrarium de taille suffisante, chauffé par une ampoule rayonnant des UVB, muni d’un thermostat, de substrat adapté et d’un abris). Avant un an, elle est encore trop petite pour rester en enclos extérieur jour et nuits. Un enclos est impératif, il sera situé dans la partie la plus ensoleillée du jardin (plein sud), à l’arrière de l’habitation (pas en vue depuis la rue !), loin de tous risques de nuisances pour les animaux :

L’espace intérieur de l’enclos va comporter 7 points importants :

 1 . Un point d’eau :

Zone d’eau de faible profondeur. Type soucoupe pour plantes, la profondeur ne doit pas dépasser le nez de la tortue lorsqu’elle s’y trouve.

 2 .  Un talus :

Les tortues apprécient les milieux au relief accidenté. Une butte de terre d’une cinquantaine de centimètres de hauteur avec une pente douce située plein sud est indispensable. Sur ce talus qui devra faire au moins le tiers de l’espace total de l’enclos, seront plantés des pieds de lavande, de romarin, de thym, de bruyère, de genévriers et de l’arbousier. Un érable du japon offrira également l’ombre nécessaire à la thermorégulation des tortues et ce talus fournira une aire de ponte idéale.

 3 . Des abris :

Les abris et cachettes sont le point de relais entre les phases d’activité et de repos des tortues. Il y à deux types d’abris (et la serre que nous verrons après), l’hibernacle et les abris de type naturels. L’hibernacle est un abri utilisé par les tortues aussi bien en période d’activité qu’à l’arrivée des températures basses et au début de la phase d’hibernation. L’hibernacle sera constitué d’une buse en béton (utilisé pour combler les fossés) elle sera recouverte de terre et intégrée au talus.

Les abris de type naturels (Roches plates, écorce de liège, tuiles…) seront toujours installés dans des endroits légèrement surélevés afin d’éviter les inondations même passagères.

 4 . Des végétaux sur pied :

Sagittaires, trèfle, pissenlit, cresson…pour l’humidité et le repas. Un érable du japon offrant une bonne zone d’ombre grâce à ses branches retombantes.

 5 . Un espace dédié à l’alimentation

Les tortues terrestres possèdent un régime alimentaire basé sur la consommation quotidienne d’une grande quantité de végétaux divers. Il est donc nécessaire que l’enclos dispose d’un espace dans lequel les tortues trouvent toutes les plantes qui couvrent leurs besoins nutritionnels. Cet espace est volontairement situé près du point d’eau, toujours humide et propice à la pousse d’une végétation diversifiée.

La culture de Plantin et autre pissenlits en pot de terre cuite est indispensable vu l’appétit de ces animaux. Une fois bien rempli le pot sera introduit dans un trou de sa taille afin que la plante soit accessible pour être consommée. Vu la solidité de ses végétaux elle ne tardera pas à repousser pour renouveler l’opération. Des os de seiches seront aussi mis à disposition.

 6 . Un tas de végétaux

Un amoncellement de végétaux biens secs (paille, feuilles de chêne, foin pour lapins trouvé en animalerie…) est disposé dans deux ou trois endroits bien abrités de l’enclos. Des tas assez volumineux permettrons aux tortues de passer les nuits fraîches printanières et les journées chaudes de l’été. Les juvéniles apprécieront à coup sûr le tas de feuilles de chêne installé sous l’érable.

 7 . Une serre

Une serre plastique que l’on trouve en jardinerie est utilisée afin de permettre aux tortues d’y trouver refuge lorsque le temps est défavorable (froid, orages, pluie, vent…). La serre est dotée d’une entrée permettant aux tortues d’aller et venir. L’aménagement intérieur comprend deux parties, l’une consacrée au repos et l’autre est réservé à l’activité. Dans la première, un petit abri en bois rempli de paille et de foin bien sec, l’autre partie est un espace laissé libre.

Dans les périodes prés hivernales, les tortues sont nourries à l’intérieur de la serre. Pendant l’été la serre représente un abri intéressant pour les animaux qui trouvent refuge sous l’épaisse couche de paille.

MESURES D’HYGIENE et PREVENTION DES MALADIES

Mesures  de prophylaxie sanitaires permanentes :

Afin d’éviter l’introduction ou la propagation d’agents pathogènes, les éléments en contact direct avec les animaux (clôtures abris, terrariums…) seront lavé avec un détergent alimentaire de type Désogerme utilisable en agriculture biologique.

Les fientes présentes au sol de l’enclos ou dans le terrarium seront retirées tous les jours.

Les gamelles d’eau seront également remplacées tous les jours.

PREVENTION DES MALADIES

Principales maladies de l’espèce ou du groupe d’espèces :

L’observation régulière et attentive d’une tortue dans son enclos ou son terrarium peut permettre de détecter précocement certains symptômes d’alerte qui, lorsqu’ils sont négligés ou sous-estimés, peuvent mettre en péril la vie d’un animal, voir la vie de l’ensemble des animaux présents dans le même habitat.

Les causes de maladies ou de problèmes peuvent être multiples, il convient donc de savoir les repérer et d’en aviser le vétérinaire en cas de besoins :

Hyperexcitabilité (nervosité, agitation), absence de ponte anorexie ou baisse d’appétit (inappétence), carapace molle (et souvent décolorée), constipation, diarrhée, gonflement du cou et des membres (anasarque), maigreur, masse au niveau du cloaque, nodule sous-cutané ou gonflement articulaire, obésité, œdème des paupières, stomatite, paralysie des membres postérieurs, réveil en cours d’hibernation, respiration difficile, gueule entrouverte, troubles nerveux (postures anormales, tremblements), troubles de la croissance de la carapace…

Intervenants extérieurs ; concours d’un vétérinaire (nom, adresse) :

Après avoir pris contact avec la clinique vétérinaire (coordonnées ci-après), j’ai eu confirmation de leur capacité à s’occuper des pathologies les plus courantes rencontrées chez les Reptiles, Chéloniens et autres NAC.

Coordonnées : Clinique vétérinaire de Stang Zu, 2 Allée de Stang Zu, 29000 Quimper, téléphone : 02.98.90.62.34

En cas de pathologie plus complexe et moins courante, mon vétérinaire me mettra en relation avec un de ces confrères plus spécialisé situé dans les Côtes d’Armor.


Fiche d'élevage des Tortues Européennens dites "de jardin" Testudo Hermanni,

HIBERNATION:

http://www.acupulatta.com/hibernation-des-tortues/

 

 

 

 

 

 

Exemples d'enclos chez mes clients....

Chez Truc et Bidule...

 

Les tortues aquatiques disponibles:

Kinosternon carinatus, Des photos arrivent prochainement...